• Stéphan Le Doare

"Je serai pour toi unique au monde"

Bouclant 2018 en étant la plus forte valorisation boursière, Microsoft a encore redépassé brièvement les 1000 milliards de $ de valorisation boursière ce jeudi 25 avril 2019. Microsoft qui avait longtemps bénéficié d'une suprématie sur les systèmes d'exploitation grand public avait ensuite connu le creux de la vague en n'anticipant pas de nouveaux mouvements de marché, tels l'arrivée du Cloud ou l'homogénéisation de l'Operating System (OS) entre les différents appareils connectés.


Pour celles et ceux qui me lisent, vous aurez compris que le fait d'investir dans le Cloud n'est pas, en soi, très révolutionnaire (même s'il faut des milliards de dollars d'investissement avant la rentabilité, ce qui explique pourquoi peu d'acteurs sont présents sur ce segment et pourquoi Amazon y est si fort, par exemple), mais c'est surtout la capacité à récolter de la donnée à grande échelle qui est intéressante dans cette techno.



Le problème de la refonte d'un O.S. (Operating System) compatible entre les différents supports de présentation que sont les ordinateurs, les tablettes, les smartphones et tout autre écran connecté est de l'ordre technique. Steve Job, en se faisant virer ("steever" !) d'Apple, a justement bâti le nouveau codage de l'OS de toutes les plates-formes de la marque. Le même iOS "tourne" ainsi sur tout objet Apple, du MacBook pro à l'Apple Watch en passant par toute la gamme des iPhones. Steve Jobs était un incroyable visionnaire.


Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, s'est donc attelé à deux chantiers alternativement, les smartphones et le Cloud pour atteindre en 2018 un chiffre d’affaires annuel de 110,4 milliards de dollars, en hausse de 14 % par rapport à l’année précédente.

Je rajouterais mon petit grain de sel. Le petit détail qu'on oublie, mais qui a quand même son importance.

Proposer un O.S. capable de fonctionner sur toute plate-forme a nécessité une refonte assez profonde du système depuis Windows XP, avec un premier jet appelé Windows 8 dont certains utilisateurs ont essuyé les plâtres. Dès 2015, Microsoft mettait gratuitement à disposition son nouveau système en version finale : Windows 10. Comme vous le savez aussi, rien n'est gratuit en ce monde, mais peu de gens se sont interrogés : pourquoi Microsoft offrait-il son système d'exploitation le plus abouti ? Parce que Bill Gates ouvrait des fondations pour sauver le monde de la faim ?


La valeur, l'Or noir d'aujourd'hui, c'est la "data". La donnée personnelle. Avec l'installation de Windows 10 commençait en fait la "récolte" du patient laboureur Microsoft. Car WIndows 10 embarque de manière native des outils de capture de toutes sortes (capture d'écran, de votre frappe clavier, de votre micro, de votre webcam) directement issus du monde du hacking. Le système se charge aussi d'envoyer à sa maison mère tout élément de votre vie privée (surf, façon de travailler, de rechercher, vos questions "cortana-isées", etc...). En fait, si vous ne désactiviez pas tous ces éléments en allant les paramétrer de façon fastidieuse dans les profondeurs, tous ces capteurs physiques et numériques étaient (et sont encore !) activés par défaut. Vos données ont alors coulé à flots dans le réservoir en ligne, ce "Cloud" de Microsoft, encore enrichi de toutes les données issues de Microsoft Office 365, la suite en ligne qui, elle aussi, sait exactement qui vous êtes et ce que vous faites.

Soyons-en sûrs, les algorithmes savent traiter les données concernant votre petite personne, parmi un très grand nombre d'autres petites personnes...


"Je serai pour toi unique au monde" pourrait être la meilleure parole de l'algorithme d'Intelligence Artificielle à ma donnée personnelle récoltée dans ce Cloud.


Stéphan Le Doaré


PS: Je vous invite à vérifier votre configuration Windows 10, si jamais ce post vous a intéressé...

© 2017 Stéphan Le Doaré